Nouvelle menace sur les radios associatives

Nous avions appris, sans surprise, le recrutement de M. Jérôme Bouvier au cabinet de Fleur Pellerin en  qualité de « conseiller chargé des métiers de la presse et de l’information, de l’éducation aux médias et  de la diversité ».

Le communiqué du ministère de la culture  et de la communication rappelait  opportunément que le talent de Jérôme Bouvier s’était révélé   « en 1980, responsable du service politique de « Combat Socialiste ».

Ses talents  lui valurent d’entrer «   à Radio France en 1982 comme journaliste et producteur de Radio Bleue. »,  et d’occuper  ensuite diverses éminentes fonctions au sein du service public de la radio, de présider  l’association « Journaliste & Citoyenneté » à partir de 2006, de créer  en 2007, les Assises internationales du journalisme et de l’information, de devenir médiateur des radios de Radio France de 2009 à 2014.

On sait que depuis 2010, les ministères de la Culture, de l’Intérieur et de la Ville avaient mis en chantier la liquidation du Groupement d’Intérêt Public  « Échanges et Productions Radiophoniques » (GIP EPRA),  liquidation  qui s’avéra  laborieuse car très décriée par les acteurs de la Politique de la Ville et rejetée par les radios associatives.

Jérôme Bouvier  apparut alors  comme le plus apte à accompagner en douceur la liquidation du GIP EPRA,  que le gouvernement de Pierre Bérégovoy avait créé en son temps,  et qui avait permis la constitution d’une monumentale bibliothèque sonore sur les thèmes de la solidarité, de l’intégration, des luttes contre le racisme et les exclusions.

Il produit, en 2013, à la demande des trois ministères, un rapport sur  « les médias de proximité et de la  diversité ». Bien entendu, il conclut au bien fondé de la décision de liquider le GIP EPRA et  propose  de le remplacer par une « Commission nationale Médias de Proximité & Diversité »,  « usine à gaz »  n’ayant d’autre fonction  que d’élever un rideau de fumée  pour  dissimuler la  liquidation du GIP et le  transfert de ses dotations financières vers d’autres bénéficiaires.

On ne sait si la  « Commission nationale Médias de Proximité & Diversité » a une existence autre que virtuelle- mais l’important était de l’imaginer.

Récompensé pour ses bons et loyaux services, Jérôme Bouvier, poursuit, au cabinet de la ministre, son  offensive contre  les radios associatives. Voici, qu’après l’EPRA, il s’en prend au FSER. Dans une lettre à ses « chers amis » président de la CNRA et du SNRL  il propose rien de moins que d’ouvrir le FSER aux «  médias de la proximité et de la  diversité ».

Cela « au nom de la convergence numérique élargir le FSER à ces nouveaux médias, en garantissant évidemment « la sanctuarisation » des subventions allouées aux radios associatives que vous représentez. »

On a vu comment le gouvernement a « sanctuarisé » les fonds du GIP EPRA….

Il s’agit tout simplement, sous le prétexte imaginaire de « convergence numérique »  de remettre en cause le paysage radiophonique institué par la loi de 1986 et les décisions du CSA.

Le gouvernement Hollande–Ayrault-Valls  a liquidé le GIP EPRA crée par Pierre Bérégovoy. Le laisserons-nous détourner le FSER  issu des réformes Mitterrand-Mauroy ?

Gilbert ANDRUCCIOLI
Président d’Agora Côte d’Azur – Président de la Fédération des Radios Associatives du Sud-Est

Jean-Claude GUILLOU
Président d’Alternative FM (95) – Président de la Fédération des Radios Associatives d’Ile de France23